Home CARNETS PRATIQUES Vol annulé : retour d’expérience

Vol annulé : retour d’expérience

2 mars 2017

vol annule corsair

Pour notre voyage en Guadeloupe nous avons vécu la désagréable expérience de voir notre vol annulé ! On prend régulièrement l’avion et ce genre de galère ne nous était encore jamais arrivée, il faut bien une première !

Ceux qui ont suivi en direct nos déboires sur les réseaux sociaux ont été nombreux à m’interroger sur ce qu’il s’était passé et comment nous avions géré ça avec bébé ChouetteWorld. Alors voici notre retour d’expérience !

On avait réservé nos billets d’avion sur la compagnie Air Caraïbes et notre vol, affrété par Corsair, devait nous mener de Paris Orly à Point à Pitre. Le décollage était prévu le samedi à 11h20 mais rien ne s’est vraiment passé comme prévu !

 

Samedi

8h : Comme il n’est pas possible de s’enregistrer en ligne avec un bébé (ça n’est d’ailleurs pas très pratique), on est arrivés environ 3h avant à l’aéroport.

11h30 : Un peu après l’heure prévu du décollage (11h20), on nous informe que l’embarquement aura lieu dans quelques minutes. Évidemment tout le monde se lève, fait la queue et piétine pendant plus d’1h sans aucune nouvelle annonce. Silence radio du côté du personnel Corsair.

12h30 : L’ambiance dans la salle d’embarquement commence à se tendre. On nous demande alors de nous rasseoir car notre vol aura un retard indéterminé. L’écran d’embarquement affiche désormais une heure de départ à 13h.

13h30 : On nous annonce finalement qu’il y a eu un incident technique. Le chariot à bagages serait rentré dans la porte de l’avion et l’aurait endommagée. En communication avec Boeing à Seattle, les experts tentent de résoudre le problème. A demi mot on nous explique qu’on ne partira peut être pas aujourd’hui.

La compagnie est tenue de nous prendre en charge jusqu’au prochain vol. La loi lui impose d’offrir des rafraîchissements et de quoi manger aux passagers, d’offrir des communications et de payer une chambre d’hôtel si le départ ne peut avoir lieu avant le lendemain. On nous a effectivement proposé un repas composé d’un sandwich et d’une boisson. Mais aucune solution n’a été proposé pour le repas bébé. Nous avions prévu de la marge donc jusque là tout va bien !

L’attente commence à être longue, surtout avec un bébé ! L’embarquement étant initialement prévu vers 10h30, les annonces distillées au compte goutte, nous n’osions pas trop bouger de la salle d’embarquement au cas où ça se décante. Bébé ChouetteWorld finit par s’endormir, elle est crevée et j’ose pas la réveiller mais ce sera le 1er accident de couche ! Et une tenue foutue. Ouf on a un rechange mais c’est le seul.

15h30 : La nouvelle tombe. Vol annulé ! Nous partirons le lendemain à 10h20. Vous imaginez les exclamations indignées dans la salle !!! Les passagers sont survoltés. Le personnel au sol est assailli de questions et parait complètement débordé !

Personnellement je me suis mise un peu à l’écart de toute cette agitation. Je prend ça avec philosophie, ça arrive ! Et puis j’imagine que la compagnie va s’occuper de tout ! Évidemment.

On attend encore de longues minutes avant qu’on nous informe que nous serons logés près de l’aéroport et que nous ne récupérerons pas nos bagages. Là c’est la tuile. Je commence à m’inquiéter un peu. J’avais pris de la marge pour le repas de bébé, les habits et les couches mais pas assez pour 24h de retard ! Je n’ai plus de tenue de rechange, plus qu’un petit pot et je vais être juste en couches. L’hôtesse m’invite à me présenter au comptoir Corsair dans le hall des arrivées pour leur demander une assistance. Evidemment c’est bondé, beaucoup de passagers repartent sur Paris et viennent chercher leur bon taxi. Quasi 1h d’attente pour me faire accueillir de façon déplorable et me voir répondre “ce n’est pas mon problème, je n’ai pas de solution”.

Je vous l’ai dit plus haut, la compagnie est tenue de fournir un repas à ses passagers. Or strictement rien n’est prévu pour les enfants en bas âges / bébés. Rien. Et puis pour les couches et tenues de rechange c’est évidemment encore moins leur problème. On ne m’apporte aucune solution, ni même les renseignements utiles pour essayer de me débrouiller seule. Il y avait bien une pharmacie qui vendait des couches et du lait mais du côté des départs… là où j’étais avant qu’on me demande d’aller aux arrivées signaler ma situation !

On a du faire face à un total désintéressement. Aucune considération n’a été apportée à notre situation comme si un bébé n’était pas un “vrai” passager. C’est déplorable, surtout qu’ils méritent évidemment bien plus d’attention que les autres.

18h : Après 10h dans l’aéroport, nous voilà enfin arrivés à l’hôtel pour se reposer un peu. Nous avons la chance d’arriver en premier et d’avoir un lit bébé ! Youpiiiiii ! Ce qui n’est malheureusement pas le cas pour les 2 autres bébés présents sur le vol.

La compagnie prend en charge le repas du soir et le petit déjeuner. On nous remet un ticket pour manger avec une heure de passage. Pour nous ce sera 19h, pour d’autres 22h… et évidemment encore une fois aucune solution de repas (petit pot, compote) n’est prévue pour les enfants.

On nous remet également un kit avec une brosse à dent, une brosse, un t-shirt et deux slips. Bon c’est vraiment basique, basique ! Le t-shirt est dans une matière infâme genre Lycra et les slips sont les mêmes que ceux donnés à l’hôpital…

Tout le monde se plaint, ça râle ! C’est sûr qu’un vol annulé ça n’a rien d’agréable ! Entre les pieds en éventail sur une plage de Guadeloupe à déguster une langouste en sirotant un Ti Punch et l’Ibis d’Orly à faire la queue des heures pour une bouteille de cristalline et un steak frites, il y a un sacré fossé !! Ça fait pas rêver du tout mais ça passe. On va dire qu’un petit effort de confort, de glamour aurait réchauffé le cœur de tous ces petits touristes désespérés à qui on a volé un jour de vacances. Et un peu de compassion et d’attention pour notre petite fille aurait réchauffé le mien !

20h : Extinction des feux. Départ prévu à 6h30 le lendemain (et oui parce qu’il va nous falloir en plus se ré enregistrer…). A 3 dans une chambre de 10m2… autant vous dire que la nuit n’a pas été des plus agréables !

 

Dimanche

6h : On descend prendre le petit déjeuner. On nous aboie dessus dès l’ouverture des portes de l’ascenseur. “Passagers Corsair du vol annulé, dehors ! La navette vous attend”. Ok ok… Il pleut… On avait glissé nos manteaux dans les valises à l’arrivée à l’aéroport la veille histoire de pas nous encombrer dans l’avion… la bonne idée 😭. Surprise la navette qui nous avait déposé devant l’hôtel la veille n’est pas là. C’est confus… D’autres passagers nous indiquent qu’elle nous attend au coin de la rue. On court sous les gouttes, pas de navette. On s’abrite tant bien que mal et on attend. 30 min plus tard la voilà enfin. C’est con, on aurait eu le temps de le prendre ce petit dej… On est trempés et on vient de perdre le doudou de bébé dans la précipitation (mini drame familial). Bref la journée commence au plus mal !

6h45 : Rebelote ! Nous voilà à l’enregistrement. Tout le monde se presse, c’est la cohue. Les gens n’ont plus trop de patience. Les premiers passent puis reviennent. Ils se sont faits refouler au contrôle sécurité car les cartes d’embarquement ne sont pas valides. Bug technique… Exaspération et rires crispés !

10h20 : A l’heure prévue du décollage, nous n’avons toujours pas embarqué et aucune annonce n’est faite.

11h : On nous annonce enfin le début de l’embarquement. Tout le monde est soulagé je crois, beaucoup se mettent même à applaudir 🙂

12h : On décolle avec plus de 24h de retard ! Le vol n’est pas opéré par Corsair mais par VVamos.

Le vol s’est très bien déroulé si ce n’est un déjeuner servi très tardivement (vers 15h30).

Les hôtesses parlaient espagnol, certaines un anglais approximatif et pas un mot de français. C’est un détail pour nous mais cela a posé problème à un certain nombre de passagers pour se faire comprendre.

Autre “détail” : lors de la réservation Corsair met en avant son service aux familles (hum…), notamment par des petites attentions pendant le vol à destination des bébés et enfants en bas âges. Un coffret bébé est même offert sur leur vol. Celui-ci comprend une bouteille d’eau, un bob, un doudou, un petit pot repas et un petit pot dessert bio. C’est vrai que lorsque l’on choisit une compagnie pour voyager avec un bébé c’est le genre de petite attention qui compte. Mais attention Corsair précise bien que ce coffret ne fait pas office de repas bébé et que celui-ci est offert sous réserve de disponibilité et peut faire l’objet de modification sans préavis. Et dans notre cas, évidemment, nous ne l’avons pas eu.

16h : Nous arrivons enfin en Guadeloupe ! Les vacances peuvent commencer 🙂

 

Vol annulé : mon bilan

Evidemment on ne dit pas merci à Corsair pour nous avoir fait rater un jour de vacances au paradis !! Mais un vol annulé c’est le genre d’évènement qui arrive. Globalement, j’ai trouvé la communication plutôt médiocre, la première annonce arrivant plus d’1h après l’heure prévue de décollage. En ce qui concerne la prise en charge et l’organisation (repas, nuit, navettes), je les ai trouvées satisfaisantes pour des passagers lambda. La situation n’a rien d’agréable mais il faut le prendre avec un peu de philosophie.

Par contre, on leur tape sévèrement dessus quant à la gestion des familles et des problématiques liées aux enfants en bas âges / bébés !!! Comme c’est la première fois que ça nous arrive, on ne sait pas si c’est lié à Corsair ou si c’est pareil sur toutes les compagnies mais on a trouvé ça inacceptable ! D’ailleurs, si vous avez eu le cas avec eux ou d’autres compagnies, n’hésitez pas à me laisser un commentaire pour me faire part de votre expérience, ça m’intéresse.

Évidemment un vol annulé peut donner lieu (dans certaines circonstances) à une indemnisation. Dans notre cas, le montant de l’indemnisation devrait être de 400e par passager. J’ai rédigé ma demande à Corsair aujourd’hui, je reviendrai ici vous en donner le résultat rapidement, je l’espère ! Mais à priori, d’après les expériences que j’ai pu lire, c’est la croix et la bannière…

A suivre !

Un dernier pour la route !

18 comments

Aurélie 2 mars 2017 at 15:14

Quelle aventure ! Je prends bientôt l’avion avec mon bonhomme de 2 ans, du coup, cet article a retenu mon attention … Tout le long de ton récit je n’ai pu que me mettre à votre place et au confort de votre petit bout … Quand même scandaleux pour les repas, couches etc… On comprend aisément que ce genre de retard ça ne doit pas être simple à gérer pour eux également mais tout de même … Je vous souhaite bon courage pour l’indemnisation et surtout de ne plus avoir à être confronté à ce genre de situation !

Reply
Aurélie 3 mars 2017 at 13:58

Merci Aurélie pour ton commentaire ! Oui quelle aventure ! 😉 Mais heureusement cela n’arrive pas souvent. Je te souhaite un bon vol avec ton pti bonhomme ! 🙂

Reply
Juliette 3 mars 2017 at 09:32

Olala, je n’ai pas de mot !! C’est toujours pénible ces annulation de vol ! Il nous est arrivé cette mésaventure quand nous sommes partis à Marrakech (heureusement sans enfants) avec la compagnie Royal Air Maroc. Ils avaient vendus plus de billets que de place dans l’avion.Nous étions en tout une cinquantaine !! Idem nous avions été pris en charges, hôtels etc, avion le lendemain mais avec escale et pour le retour rebelote, vue que nous n’avions pas été validé sur le vol allé initial nous avions été supprimé du vol retour ! Chouette !! Encore une journée de plus à attendre (idem prises en charges etc).

Heureusement nous avons été remboursé (600€), je crois, mais presque 6 mois après. Nous avions appuyé notre demande avec direction générale de l’aviation civile (DGAC).
Courage et patience !

Reply
Aurélie 3 mars 2017 at 13:59

Aie aie aie ! A l’aller et au retour c’est fort quand même !! Allez je croise les doigts pour une indemnisation rapide 😉

Reply
Lucile 3 mars 2017 at 10:04

Bonjour!
Nous sommes partis en Guadeloupe en même temps que vous, sauf que nous avons pris le même vol avec Corsair mais la veille (le vendredi) avec bébé d’un an. Il n’y a pas eu de soucis. Nous avons eu droit à la nacelle pour coucher la petite (ça c’est top!) et au coffret de bienvenue (qui comportait le petit pot bio et la compote bio). Par contre, pour le retour, on n’a pas eu de coffret de bienvenue (comme quoi, c’est complètement aléatoire…).
En revanche, le reste de la famille devait nous rejoindre par le vol du samedi. Ils ont donc connu les mêmes déboires que toi. ça m’était déjà arrivé avec Corsair, il y a 8 ans pour le même trajet. Sauf que nous avions pu récupérer nos bagages (ce qui est quand même top dans ce cas). Bon courage pour les démarches d’indemnisation! Et Heureusement que ça ne gâche pas les vacances 😉

Reply
Aurélie 3 mars 2017 at 14:06

Bonjour Lucile ! C’est dingue comme le monde est petit !! Oui bien heureusement ça n’a pas gâché nos vacances, on en a encore plus profité 🙂 La nacelle c’est vraiment top confort mais c’est fini pour nous, elle est déjà trop grande ! Elle passe désormais les vols sur nos genoux ou à marcher dans l’allée 😉

Reply
Clothilde 3 mars 2017 at 14:10

Je te trouve encore sympa avec eux! Moi je l’aurais pris avec moins de philosophie. C’est un scandale! Quand bien même il ne serait pas obligé de pourvoir à votre repas et celui de votre bebe ainsi qu’à son confort c’est quand même la moindre des politesses.

Reply
Aurélie 3 mars 2017 at 14:15

Bonjour Clothilde. Nous partions pour une vingtaine de jours c’est peut être ce qui a aidé à ce que je ne sois pas aussi contrarié que les passagers qui partaient pour la semaine ! Un incident technique ça arrive… Mais en ce qui concerne leur traitement ou plutôt leur absence de traitement des problématiques liés aux besoins d’un bébé, je trouve ça inacceptable !

Reply
Stephanie 5 mars 2017 at 18:44

La vache quelle histoire! Déjà sans bébé c’est galère, mais alors avec… la cata! J’espère que tu auras ton indemnisation, ce ne serait que justice!

Reply
Aurélie 6 mars 2017 at 11:07

J’espère aussi ! et j’espère surtout ne pas avoir a me battre pendant des mois pour ça ! 😉

Reply
Sophie mum 6 mars 2017 at 06:48

Oh ben sacré histoire et jespere Que vous serez dédommagé

Reply
Aurélie 6 mars 2017 at 11:08

Oui toute une aventure ce premier jour de vacances !! 😉

Reply
Julia LT 7 mars 2017 at 13:56

Olalala cela ne m’est encore jamais arrivé et je croise les doigts pour que ça continue !
Je croise aussi les doigts pour que vous soyez dédommagés, c’est la moindre des choses !

Reply
Aurélie 8 mars 2017 at 11:45

Merci Julia ! 🙂

Reply
Cindy came-true.blogspot.fr 8 mars 2017 at 14:00

Évidemment que ça va être la croix et la et la bannière penses-tu! C’est révoltant la façon dont tout ça a été géré. J’imagine à peine la galère de vivre ça avec un bébé, et face à cette absence de considération je serais devenue dingue je pense!

Reply
Lauriane 13 mars 2017 at 21:38

Déjà que ce n’est pas agréable seul alors avec un bébé ! J’ai déjà eu un vol annulé mais ça s’est toujours réglé rapidement 🙂

Reply
Vanessa 9 octobre 2017 at 18:02

En mars dernier lors de notre retour de Miami avec SwissAir, notre vol après l’escale à Zurich a été annulé après 1h30 d’attente devant la porte d’embarquement. On a finalement été rapatrié sur l’aéroport de Stuttgart par car (on nous avait d’abord parlé d’autobus!) J’étais furax car après 10h de vol, la fatigue et la gestion d’un petit bonhomme de 2 ans devenait difficile à gérer. Je passe les détails d’organisation sur place mais on nous a remboursé 250€ par personne en 1 mois environ. C’est une directive européenne, les compagnies ne peuvent pas y déroger et normalement Ça ne doit pas prendre plus de 2 mois. Bon courage!

Reply
Aurélie 10 octobre 2017 at 08:19

Hello Vanessa ! Oui c’est pas facile à gérer ces retards / annulations ! Corsair est connu pour faire trainer… une manière de décourager la plupart des gens ! On a confié notre dossier à des spécialistes qui s’en occupe pour nous car ça devient trop long et difficile à gérer seuls… on en est au stade de la procédure devant les tribunaux maintenant 🙁

Reply

Leave a Comment

cc5321ce64b6004057259f3ebd5acf04""""""""""""""""""""""